Helvétie
Pissarro Sisley Degas Manet

Coordonnées Rue Abraham-Robert, 2300 La Chaux-de-Fonds
Réalisation 2009-2014
Type Résidences, locatifs
Coût de construction CHF 30'000'000.-

HelvétieHelvétieHelvétieHelvétieHelvétie

Partenaires

Maître de l'ouvrage
Prévoyance.ne
Hoirie Paci


Chef(s) de projet:

Entreprise générale
Immoroc SA
Entreprise générale
Avenue Edouard-Dubois 20
2006 Neuchâtel
Chef(s) de projet:
M. F. Juillerat
M. J. Stadelmann
M. J. Vassitch

Architecte
maison d'art'chitecture serge grard sa
Rue Léo-Châtelain 12
2063 Fenin
Chef(s) de projet:
M. S. Grard
M. P.-O. Zuber
Mme C. Ferreira

Ingénieur civil
Pascal Stirnemann SA
Rue des Moulins 2a
2108 Couvet
Chef(s) de projet:
M. P. Stirnemann

Ce fût à la demande de la Caisse de pensions de l’Etat de Neuchâtel, actuellement Prévoyance.ne, et de l’Hoirie Paci, en leur qualité de maître de l’ouvrage et de copropriétaires de l’article cadastral, que l’association d’architectes, Meystre SA, architecture et urbanisme et Maison d’Art’chitecture – Serge Grard, a été mandatée pour l’élaboration du plan de quartier Helvétie.

La demande concernant l’habitat collectif adapté au tissu urbain et au contexte environnant est encore soutenue. Le terrain Helvétie est un des derniers terrains bien placés à La Chaux-de-Fonds. Il est situé au sud-ouest de la ville, sur un terrain en pente, dans un secteur péricentrique de la ville.

L’objectif pour la réalisation du plan de quartier était de créer des logements de 2 à 6 pièces adaptés à l’environnement et au site, de pouvoir construire par étape, selon la demande du marché et la destination de l’habitat en location ou en PPE, de rechercher une qualité optimale de l’habitat et faire preuve de créativité dans le domaine de la typologie des appartements avec des espaces évolutifs et d’utiliser les potentialités du site garantissant la faisabilité économique du projet en tenant compte des aspects d’économie d’énergie, des coûts d’investissement et des frais d’exploitation réduits.

Le plan de quartier complète le tissu urbain local en favorisant une organisation fonctionnelle des espaces extérieurs généreux, principalement publics et piétonniers, avec un parcage des véhicules uniquement en sous-sol, sauf pour les visiteurs. Dans sa totalité, le concept renforce le caractère urbain des rues attenantes et tentera de les animer.

L’implantation des sept bâtiments est cadrée par un concept de « terrasses » sur lesquelles ils se reposent. Ils favorisent ainsi la perception de la vallée dans son sens ouest-est dont la « tête » de chaque immeuble tire parti. De plus, alternés dans leur positionnement, les appartements situés dans le « corps » des bâtiments permettent des percées visuelles transversales sud-nord.

Les constructions se veulent à la fois humaines et attractives par le découpage volumétrique, rationnelles et économiques par leur aspect constructif, personnelles et privées par leur accès séparés, dynamiques et personnalisées par leurs fenêtres aléatoires, actuelles et évolutives par le mode d’habiter d’aujourd’hui. L’échelle, ainsi que la volumétrie développée tentent de valoriser l’individu dans un nouveau contexte social. Chaque immeuble comprends 20 appartements en location ou en PPE.

La façade est de chaque immeuble est la projection volumétrique, pleine et borgne, de la façade ouest, totalement vitrée, de l’immeuble suivant. Ce découpage assure virtuellement la continuité de chaque immeuble situé sur le même niveau de la « terrasse ». Son expression a fait l’objet d’un concours artistique afin de créer un évènement par la succession de tableaux urbains comme une sorte de pointillisme urbain, d’où l’analogie aux impressionnistes de la fin du XIXème siècle. Le nom de certains de ces peintres illustres qui se réunissaient au café des « Batignolles » à Paris, ont été repris pour chaque bâtiment. Ainsi, l’interaction art/architecture/urbanisme porte une réelle signification dès l’émergence du projet.

Dans un quartier d’habitation de cette ampleur, il était nécessaire d’envisager une réalisation par étape. Les immeubles Pissarro (Prévoyance.ne) et Sisley (Hoirie Paci) ont fait partie de la première étape de construction, suivie par les immeubles Degas (Prévoyance.ne) et Manet (Hoirie Paci) dans une seconde étape et par les immeubles Cézanne, Monet et Renoir dans une troisième étape.